(Dé)marche artistique

Photo by Carlos Doncel via Unsplash

Démarche artistique en ville

Des citoyens se réapproprient l’espace urbain de manière créative

À la fin des années 50, déjà, les situationnistes questionnaient les urbanités et leurs impacts sur nos vies quotidiennes. A travers leurs « dérives » notamment, ce groupe d’artistes et intellectuels parcouraient la ville à pied dans le but de l’expérimenter et de la redécouvrir en dehors des logiques capitalistes  qui commençaient à la dessiner. Ils aspiraient à ce que cette ville soit réellement un espace public, autrement dit un espace appartenant au peuple.

Aujourd’hui, à l’heure où les centres-villes se vident au profit de zones commerciales périphériques et où 50% des trajets en ville réalisés en voiture font moins de 3 kilomètres (1), marcher redevient une pratique engagée et responsabilisante. Voici trois initiatives  Nord-américaines de creative placemaking œuvrant pour la marche, voire la dérive, dans l’espace urbain. Dans ce pays où les villes ont été dessinées pour et par les voitures, des citoyens à pied reprennent le contrôle à grands coups de créativité.

Parcours patrimoine participatif

Le maire de Wichita, cité de presque 400 000 habitants au Kansas, est à l’origine de Walk-A-Longwell, des ballades mensuelles d’une heure initialement destinées à encourager un mode de vie moins sédentaire. La bibliothèque municipale de Wichita et l’association locale Bike Walk Wichita ont mis la main à la pâte pour développer trois parcours historiques, pensés pour convenir à des personnes de mobilité variées et réalisés grâce à l’application mobile PocketSights, incluant notamment un audioguide. D’environ 2 km chacune, ces ballades proposent différentes thématiques — nature, architecture, industrie — liées au territoire de Wichita. L’application mobile offre aussi aux habitants la possibilité de participer activement à l’évolution de ces parcours ; ils peuvent proposer et ajouter de nouveaux contenus ou points sur les cartes.

Signalétique collaborative

Toujours aux Etats-Unis, l’association Walk [Your City] propose des kits complets en ligne pour inviter les citoyens à créer et installer des panneaux directionnels pour leur ville. Leur but est d’encourager les personnes à marcher, à redécouvrir et redéfinir les parcours et points d’intérêts de leur localité. Tous les panneaux, réalisés et livrés par Walk Your City peuvent être accompagnés d’un QR Code permettant de retrouver ces parcours sur une application mobile.

Photo courtesy of Walk Your City

N’importe quel(le) habitant(e) peut créer et commander des panneaux qu’il ou elle installe ensuite sur des poteaux existants (ou lampadaires) grâce à des attaches en plastique. Les panneaux proposés par Walk [Your City] permettent non seulement aux habitants de (re)créer des liens à travers un partage indirect de bonnes adresses (« coin sympa pour se désaltérer à 5 minutes à pied » ) ; ils les motivent aussi à marcher davantage, provoquant ainsi une cascade d’impacts positifs : boost de l’économie du centre-ville, développement du tourisme, réduction de la circulation automobile et augmentation des interactions entre locaux.

Kit d’activation du voisinage

Enfin, Omnimuseum, un collectif associatif engagé dans le « développement de stratégies et techniques pour étendre l’expérience muséale dans le contexte quotidien » a développé toute une série d’outils permettant aux habitants de se réapproprier leur voisinage. La série de panneaux Notice invite les passants à s’arrêter et utiliser leurs sens pour observer l’environnement qui les entoure au quotidien. On trouve même parmi les panneaux Notice des cartes d’identité de nuages nous invitant à lever les yeux pour reconnaître un altocumulus ou apprécier le rythme d’un champ de cirrus. Omnimuseum vend également un jeu de cartes proposant des actions ou outils pour activer et remanier l’espace public en toute légalité.

Donner des opportunités aux citoyens et citoyennes de participer à l’organisation de l’espace public plutôt que de le subir ou de le côtoyer exclusivement dans une logique de consommation est une des thématiques piliers du creative placemaking. Généralement à la croisée des arts, de l’urbanisme, du design et de la politique, on voit qu’ici avec la marche, ce mouvement peut s’étendre jusqu’à inclure des intentions environnementales et des problématiques de santé publique.

démarche artistique artizest

Photo courtesy of Omnimuseum

De nombreuses associations, collectifs d’urbanistes et artistes en France proposent des déambulations et dérives à leurs publics. Si vous connaissez (ou êtes à l’origine) d’initiatives similaires sur le territoire français ou francophone, n’hésitez pas à partager ces informations via les commentaires.

 

  1. D’après une enquête réalisée par l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie. https://www.ademe.fr/