Un agenda global des événements publics en art contemporain

art contemporain arthuro Photo courtesy de Arthuro.org

Haaave you met Arthuro?

Non, Arthuro n’est pas une pop star aux inspirations métissées, mais une plateforme transnationale au service des institutions d’art contemporain et de leurs publics.

Lancé par Peep-Hole — un centre d’art contemporain basé à Milan — à l’occasion de l’IC Innovazione Culturale, ce site internet répertorie les programmes publics et les activités éducatives proposés par les institutions d’art contemporain du monde entier.

L’art contemporain au delà des expositions

Le but de la plateforme est d’offrir un calendrier d’activités géolocalisées pour faciliter l’accès aux manifestations artistiques ainsi qu’aux opportunités d‘éducation et de découverte à travers l’art. D’un côté, les institutions bénéficient d’une plateforme supplémentaire pour promouvoir leurs activités et offre éducative ; de l’autre, les utilisateurs/visiteurs peuvent repérer les événements proches d’eux, puis affiner leurs recherches par date et par catégorie.

Arthuro se distingue donc de l’agenda culturel classique. Ce ne sont pas les expositions mêmes qu’il promeut mais les programmes et ateliers qui en découlent ; des initiatives qui créent idéalement de nouvelles avenues d’interaction entre les institutions et leurs publics.

Il en faut pour tout le monde

Sur Arthuro, on trouve aussi bien des activités destinées aux artistes (appels à projets, résidences, cours d’été, ateliers ou conférences) que des activités réservées aux publics spectateurs (visites guidées, lancements de livres et publications diverses, ateliers en famille, projections, festivals). L’interface est agréable, le design est épuré : blanc, ponctué d’espaces négatifs …un clin d’œil au légendaire white cube.

Pour rejoindre Arthuro, une institution doit montrer son intérêt pour les thématiques d’éducation, et proposer un calendrier d’activités favorisant le dialogue et l’apprentissage, ouvertes au public. Côté français, on compte une douzaine d’institutions déjà membres d’Arthuro, dont le Palais de Tokyo, le centre Bétonsalon, le CRAC Alsace, le FRAC Champagne Ardenne, La Maison Rouge, La Passerelle à Brest et la Villa Arson à Nice.

Les espaces indépendants sont les bienvenus!

Cette plateforme est encore mal connue des institutions mais aussi des publics. Pourtant, elle pourrait devenir un outil de promotion utile pour les espaces d’art contemporain indépendants. Les petites associations culturelles de l’hexagone travaillant principalement dans le champ de l’art contemporain en bénéficieraient aussi. La plateforme, elle-même créée par un espace indépendant spécialisé en art contemporain — Peep Hole — accueille à bras ouverts les petites et moyennes structures.

Une newsletter et une section réservée aux membres est en cours de construction. Cette dernière visera à créer un réseau professionnel entre agents du secteur.

 

Le site d’Arthuro est visible ici, et leur page Facebook est par là.