Personal branding et authenticité dans les métiers artistiques et créatifs

personal branding Photo de Jarrod Fitzgeralds

Forger sa marque personnelle en respectant ses valeurs

Dans la vie comme sur le web, il n’est pas toujours facile de se démarquer en tant qu’artiste ou créatif. Comment faire en sorte que votre activité de peintre, musicienne, designer graphique ou créateur de bijoux ressorte dans cet océan de propositions créatives ? La solution marketing à ce problème s’appelle le personal branding, c’est à dire la création d’une image de marque autour de votre personne. Ne fuyez pas tout de suite. Il est possible de faire du personal branding en restant 100% authentique et fidèle à ses valeurs. C’est d’ailleurs ainsi que ça fonctionne le mieux.

Vous êtes unique

En deux mots, le personal branding met en avant ce qui vous rend unique, ce qui vous est propre et que les autres professionnels de votre secteur n’ont pas. Pour réussir[1], ne cherchez pas à créer absolument ce qui n’a jamais été fait. Premièrement, c’est pratiquement impossible. Deuxièmement, et comme nous l’avons vu avec le Golden Circle de Simon Sinek, vous prendriez le problème du mauvais côté en commencent par le produit final (what) plutôt que par votre motivation intrinsèque (why). Ne tentez pas non plus de reproduire un schéma ou une tendance qui fonctionne chez les autres. Vous parviendrez peut-être à faire votre trou pendant quelques mois mais l’intérêt qu’on porte à votre travail disparaîtra aussi vite que le train de la tendance auquel vous vous étiez accroché.e.

La base d’un personal branding réussi c’est donc :

1) mettre en œuvre une activité qui vous passionne, vous démange, et dans laquelle vous avez des compétences approuvées par vos pairs

2) mettre en avant ce qui vous rend unique dans la manière de le réaliser et rester fidèle à vos valeurs, même si elles ne sont pas en vogue.

Au fil de l’histoire et encore aujourd’hui, on trouve de multiples exemples d’artistes et créatifs ayant réussi car ils étaient restés authentiques. Coco Chanel — et elle n’était sûrement pas la seule — détestait les corsets. À une époque où être « féminine » impliquait des tenues compliquées et contraignantes, Chanel refusa de se plier aux codes et proposa ainsi des vêtements faciles à porter et confortables. Frida Kahlo, critiquée pour son manque de technique et pour les sujets crus voire morbides de ses tableaux n’a jamais cessé de peindre « sa propre réalité ».  Pourtant, c’est bien pour ces représentations inclassables entre réalisme et surréalisme qu’elle est encensée. Autres temps, autre domaine, l’auteur-compositeur-interprète Oldelaf a su lui aussi conserver ce qui le faisait sortir du lot : l’humour dans la musique. En restant authentique et fidèle à ses valeurs plutôt que de se conformer au marché, il a trouvé son public.

Des milliers d’artistes et créatifs — sans être des célébrités — trouvent leur niche et vivent de leur métier en acceptant simplement de cultiver ce qui les rend unique plutôt que de se conformer à ce qui « fonctionne ».

Mettez le doigt sur vos supers-pouvoirs

Commencez par établir quelles sont vos forces et vos principaux traits de caractère. Il peut être utile de réaliser cet exercice de votre côté puis de demander ensuite à vos proches de le faire pour vous, par écrit. Demandez à vos amis, camarades de classe ou collègues de vous rendre ce service et faites-en autant pour eux. Si vous souhaitez pratiquer cette activité en groupe, prenez autant de feuilles qu’il y a de personnes. En haut de chaque feuille, notez le nom de la personne à décrire ; puis les feuilles circulent jusqu’à ce que tout le monde ait noté les forces et les principaux traits de caractère de tous les autres participants.

Ensuite, il est important de définir votre « raison d’être » ou ce que les anglophones appellent le purpose. La notion de purpose est très actuelle dans l’entreprenariat. Les businessmen se sont rendu compte que nous, consommateurs, cherchions à nous rapprocher de produits et de services dont les valeurs — la « raison d’être » — font  écho à nos propres aspirations. Pour construire ce concept de purpose, les entreprises se sont très largement inspirées des institutions culturelles et des associations, dont le fonctionnement et le développement reposent toujours sur leur purpose : soutenir la création contemporaine ; préserver les cultures des premières nations ; ou encore s’assurer qu’aucun enfant n’entre en cours le ventre vide ; sensibiliser le public aux inégalités hommes/femmes, et ainsi de suite.

En pratique : définir votre purpose

Il existe de nombreuses méthodes et schémas sensés vous aider à définir votre purpose. Je recommande tout particulièrement l’exercice pensé par Paul Jarvis et Jason Zook dans leur cours « How Dare You ». Cet exercice simple et rapide, à réaliser par écrit se présente ainsi :

Notez votre :

  1. Art ou compétence : ce que vous faites
  2. Champ d’action : où et comment vous mettez ces compétences en pratique
  3. Public : pour qui vous appliquez vos compétences
  4. Solution : ce que ce public reçoit de vous

Grâce à cet exercice proposé par Jarvis et Zook on arrive à une formulation qui est un premier pas vers la définition de notre personal branding.
Ex : Je suis un designer de bijoux (art/compétence) qui crée exclusivement à partir de matériaux recyclés ou provenant de pays sans conflits liés aux matières précieuses (champ d’action) pour que les personnes engagées éthiquement et écologiquement (public) trouvent des bijoux précieux et minimalistes (solution).

Dans leur cours, Zook et Jarvis posent une autre question pertinente :
« Comment surmontez-vous les obstacles sur lesquels les autres s’arrêtent ? » Ceci, expliquent-ils, constitue en effet votre superpouvoir.

A cette question-guide j’en ajouterai une dernière :
Pourquoi et pour quoi les gens viennent-ils vers vous ? L’expertise que vos proches recherchent chez vous, les choses pour lesquelles on vous consulte généralement, sont également ce qui vous rend complètement unique.

Nos forces comme point de départ

Mademoiselle Ginger – @mademoiselle_ginger / Photo Credits Melodie Briere @makeupbymelo

On se concentre parfois trop sur le problème qu’on tente de solutionner ou le produit qu’on tente de créer (encore une fois le what) plutôt que sur ses propres forces. Vous n’arriverez peut-être jamais à faire une pièce montée à 18 étages comme la pâtissière d’en face mais si votre force réside dans l’association de saveurs inédites, alors concentrez votre travail et votre communication sur ce point. Au diable les chouquettes, les baptêmes se feront bientôt avec des cupcakes café-camembert.

Enfin, et c’est important quand vous attaquerez une stratégie de communication, n’hésitez pas à saupoudrer votre purpose d’éléments qui vous sont propres même s’ils n’ont à priori rien à voir avec la manière dont vous gérez votre travail. Vous êtes une photographe avec des dents du bonheur ? Insérez ce détail dans votre marque de fabrique ; c’est aussi ce qui vous rend unique ou reconnaissable parmi les autres. Je connais par exemple une danseuse-chorégraphe londonienne aux cheveux roux dont le nom de scène est — sans surprise — Mademoiselle Ginger. Elle a complètement accepté ce qui la démarquait des autres et utilise la couleur orange partout. Cette marque de fabrique est un des éléments — avec sa personnalité et bien sûr son talent — qui lui permettent de sortir du lot. Pensez également à Eva Joly et à Jean-Paul Gauthier ; ne sommes nous pas tous capables de nommer le détail qui les distingue des autres ?

Articuler son identité

C’est une chose d’avoir identifié ce qui nous démarquait de nos pairs et collègues, c’est une autre de réussir à l’articuler. Même si vous êtes totalement allergique à l’autopromotion, il est nécessaire de réussir à se présenter dans sa pratique artistique/créative de manière succincte et intelligible, par écrit ou à l’oral,

Elevator speech

L’elevator speech (discours d’ascenseur) est une autre technique très utilisée en business. Elle repose sur l’idée que vous pourriez croiser un investisseur potentiel majeur dans un ascenseur et que vous devez donc être capable de présenter votre business et convaincre cet investisseur avant que les portes ne s’ouvrent pour le laisser sortir.

L’exercice consiste à vous présenter vous et votre projet/pratique/entreprise en trente secondes ou moins. Entraînez-vous, filmez-vous si besoin et mémorisez votre speech. Non seulement il vous sera utile dans votre communication sur vos pages web et réseaux sociaux, mais il vous permettra d’être fin prêt.e le jour d’une rencontre aussi importante qu’imprévue.

Lorsque vous articulez votre identité, gardez en tête que ce n’est pas toujours ce que vous faites qui va retenir l’attention de votre interlocuteur, mais bien souvent ce que votre public en retire et pourquoi cela a de l’importance pour eux.

Être authentique à l’heure des réseaux sociaux

Etre authentique et mettre en avant ce qui vous rend unique ne veut pas spécialement dire partager toute sa vie sur les réseaux sociaux. L’authenticité sous-entend la révélation et le partage de vos valeurs personnelles, ce qui compte pour vous et sans quoi votre pratique n’aurait plus de sens. On peut être 100% authentique sans pour autant dévoiler de détails privés. Mon amie peintre Julie Morin est un excellent exemple d’une séparation réfléchie entre authenticité et intimité. Elle partage avec son public des informations à première vue personnelles mais en réalité complètement indissociables de sa pratique artistique. Elle parle notamment du syndrome de fatigue chronique dont elle souffre et qui régit littéralement le temps qu’elle peut passer à son chevalet chaque jour. En revanche, elle ne partage pas de détails de sa vie privée.

 

personal branding

Trouver ce qui vous rend unique et rester authentique est un exercice difficile dans le climat de compétition perpétuel aggravé par les effets de mode et autres buzz éphémères. Accepter pleinement ce qui vous sépare des autres artistes et créatifs en restant fidèle au « pourquoi » de votre pratique vous amènera un public assidu et reconnaissant de votre authenticité. Le but au fond n’est pas de donner aux gens ce qu’ils veulent mais de leur donner qui vous êtes.

 

 


[1] Par “réussir” je ne sous-entends pas « devenir célèbre et gagner des millions ». Le succès dépend des objectifs que vous vous fixez et il peut être aussi simple que « gagner suffisamment pour vivre » ou « voir mon travail publié dans tel magazine. »